21 septembre 2016
21 septembre 2016,
 0

La grossesse…certainement la période où le corps de la femme vit le plus de changement en si peu de temps! Certaines futures mamans se sentent resplendissantes, même sexy, et seraient enceintes toute leur vie! D’autres, moins chanceuses, n’apprécient guère ces 9 mois où elles se sentent devenir « baleine » et ont très hâte de mettre bébé au monde afin de retrouver leur taille. L’important, dit-on, est de faire de notre mieux pour rester en santé (physique et mentale) et d’essayer, au mieux, de profiter de ces 9 mois qui sont, après tout, le passage obligé vers la venue d’un petit miracle sur Terre .

Passons aux choses sérieuses. Sérieusement tristes et inquiétantes en fait. Le phénomène de « mommyrexie »; en avez-vous déjà entendu parler? Oui, c’est bien la combinaison de « maman » et « anorexie » (ouf, juste de l’écrire ça sonne bizarre).

Que font les « mommyrexiques » au juste?

  1. Elles s’imposent une restriction calorique afin de contrôler volontairement le gain pondéral
  2. Elles visent à ce que ledit gain de poids soit le plus petit possible de sorte à demeurer dans les « standards » de minceur.

En gros, on vise un gain de poids uniquement au niveau de la bedaine, nulle part ailleurs! Sur une photo de dos, ça ne doit surtout pas paraître. Mais hop on se retourne et c’est là qu’on peut y voir une minuscule bedaine, sous une couche d’abdominaux bien tonifiés, bien sûr. Comble de tout, que lit-on comme descriptif de la photo de la belle maman en tenue sportive?

« 37e semaine!!! »

Malheureusement, plusieurs personnes « aiment » ces photos et leur demande leur recette miracle! Ouf!

Les clés du soi-disant succès sont : la pratique d’activité sportive intensive dans le but de faire penser la balance énergétique vers le bas ainsi que la restriction calorique. Rappelons que ces critères se retrouvent également dans la liste diagnostique des troubles alimentaires… Une maladie mentale. On ne niaise pas avec cela et ça ne devrait certainement pas être cool.

Gagner du poids de manière très superflue, lorsqu’on est enceinte, est assurément un non-sens. On ne parle pas ici des premiers mois où la nausée l’emporte sur l’appétit, mais plutôt du corps de la femme sur le point d’accoucher. Le gain pondéral est nécessaire et fondamental pour le bien-être et la santé de maman et bébé. Plus la grossesse avance, plus le gain de poids doit augmenter. C’est normal et souhaitable.

 

« J’ai peur de la prise de poids! »

Prendre plusieurs kilos en 9 mois, ça peut faire peur. Mais attention! Il ne s’agit pas que de gras corporel! En fait, le gain de poids comprend : le foetus lui-même, l’utérus (qui doit obligatoirement grossir), le liquide amniotique, le placenta, l’augmentation du volume sanguin pour nourrir bébé, le développement des seins pour prévoir l’allaitement, et, oui, du gras. Vous en aurez besoin pour faire face aux nuits blanches 9 mois plus tard.

D’ailleurs, plus l’indice de masse corporelle d’une femme avant la grossesse est faible, plus le gain pondéral doit être important…Tristement, c’est dans cette catégorie de poids l’on observe majoritairement ce phénomène.

Ahhh les réseaux sociaux…

Les réseaux sociaux sont encore une fois à pointer du doigt dans l’émergence de ce phénomène. Déjà que plusieurs personnes se posent devant leur miroir, quasi-déshydratées, en petite tenue, pour témoigner de leur forme physique, maintenant certaines femmes enceintes le font. C’est inquiétant. Ça menace carrément la santé de bébé. Être active durant la grossesse est souhaitable, mais ce n’est pas le temps de faire les Crossfit Games…Ni de prendre des shakes douteux. Le fait « d’aimer » ces photos n’aide aucunement la maman, qui croit que c’est une bien bonne chose…

« Ma sœur, enceinte, ne prends pas beaucoup de poids…est-elle mommyrexique?! »

Pour terminer, il est important de discuter de ces exceptions à la règle, puisqu’il y en a toujours. Il existe des femmes franchement inquiètes par un gain pondéral qualifié d’insuffisant, celles-ci ayant bon appétit et une très bonne relation avec la nourriture. D’autres ont toujours été actives et ont, heureusement pour elles, assez d’énergie pour continuer à bouger lors de leur grossesse parce que ça leur fait du bien. Ainsi, il importe de ne pas juger quelqu’un uniquement par son poids, sa prise ou sa perte de poids, car cela ne reflète en aucun cas sa relation avec son corps et la nourriture. C’est ÇA, la diversité corporelle.

  1. NB. Pour les femmes ou l’image corporelle est déjà un enjeu ou ayant souffert d’un trouble du comportement alimentaire, la grossesse peut être source énorme d’angoisse et faire ressortir les vieux démons. Dans ces contextes, et surtout, afin d’éviter la rechute du trouble, un suivi en nutrition et/ou en psychologie s’avère plus que pertinent.

 

Libérez-vous de la culpabilité alimentaire et apprenez à écouter votre corpsPrise de rendez-vous en ligne